Ma trousse à pharmacie d’huiles essentielles : les « must have »

On dénombre plus de 500 huiles essentielles en vente aujourd’hui. Comment faire pour s’y retrouver et lesquelles sont vraiment « essentielles » pour soigner tous vos maux du quotidien ?

Pas besoin de dévaliser le magasin, je vous propose une sélection de 13 huiles essentielles « must have » ainsi que leurs principales applications thérapeutiques pour constituer votre trousse à pharmacie d’aromathérapie :

 

1. L’huile essentielle de Menthe Poivrée 

Tonique, stimulante, antalgique et anesthésiante puissante, la menthe poivrée est principalement employée pour lutter contre le mal des transports (en route ou sur mer : efficacité testée !), contre les migraines (cela dépend des personnes, personnellement je ne supporte pas les odeurs puissantes lorsque je souffre de migraines), ainsi que contre les maux d’hiver (laryngite, otite, rhume – en mélange avec d’autres huiles essentielles comme le ravintsara, le tea tree et l’eucalyptus radié).

Contre indications (non exhaustives) : Interdite aux femmes enceintes, allaitantes, aux sujets épileptiques, personnes âgées et enfants de moins de 6 ans.
Sur la peau, utiliser diluée à 30% dans de l’huile végétale. 

2. L’huile essentielle de Tea Tree (Arbre à Thé) 

THE huile essentielle pour toutes les affections de la peau : de l’eczéma à l’acné en passant par les aphtes, l’herpès et les mycoses. Ses propriétés anti infectieuses (bactéries, champignons et virus) en font donc la base principale des synergies contre les infections cutanées. On l’utilisera aussi volontiers par voie orale dans les synergies contre les maux d’hiver (rhinopharyngite, angine…) encore une fois pour ses propriétés anti-infectieuses.

Contre indications (non exhaustives) : à proscrire pendant les 3 premiers mois de grossesse.

3. L’huile essentielle de Lavande Vraie

Une incontournable lorsqu’on traite les sujets de stress et anxiété avec l’avantage d’avoir très peu de contre-indications et la possibilité de l’utiliser pure sur la peau. Après, concernant l’odeur c’est quitte ou double : on adore ou on déteste. Dans le 2ème cas, on l’utilisera plutôt pour ses caractéristiques cicatrisantes puissantes : piqûres de moustiques, eczéma, brûlure, couperose et même varicelle !

Contre indications (non exhaustives) : à proscrire pendant les 3 premiers mois de grossesse

 

4. L’huile essentielle de Ravintsara

Dans la famille « maux d’hiver » je demande…le ravintsara ! Arbre originaire de Madagascar, le ravintsara est l’huile essentielle à toujours garder sous la main lorsque le froid pointe le bout de son nez. Cette huile antivirale permet de combattre la grippe mais aussi l’herpès (fini le temps où l’on appliquait une couche épaisse de crème blanchâtre aux effets discutables sur son bouton de fièvre). Le petit plus : le ravintsara favorise l’indication du sommeil et sera donc utilisé dans les synergies pour les insomniaques.

Contre indications (non exhaustives) : à proscrire pendant les 3 premiers mois de grossesse et chez les enfants de moins de 8 ans. Déconseillée chez les asthmatiques. Ne pas utiliser sur toux sèche, il s’agit d’une huile asséchante.

5. L’huile essentielle de Gaulthérie Couchée

Des douleurs articulaires ou musculaires ? Dégainez la gaulthérie ! Ses propriétés anti-inflammatoires et anti-douelurs exceptionnelles vous feront oublier vos Voltarènes, Synthol et autres cousins. Son secret ? Son actif principal est le salicylate de méthyle, un anti inflammatoire puissant dont est dérivée l’aspirine. Dites adieu à votre mal de dos, rhumatismes, crampes, arthrose, tendinites, tennis-elbow, etc.

Contre indications (non exhaustives) :  À proscrire pendant les 3 premiers mois de grossesse. Interdite  aux personnes allergiques à l’aspirine ou suivant un traitement anti-coagulant.
Sur la peau, utiliser diluée à 30% dans de l’huile végétale.

6. L’huile essentielle d’Orange douce

Rien qu’en y pensant, l’huile essentielle d’Orange douce apaise déjà. Calmante et sédative, elle est excellente pour lutter contre stress, nervosité, angoise, irritabilité et insomnie. On l’apprécie aussi pour sa capacité à agir sur les troubles digestifs et nausées (par voie orale). Pourquoi il nous la faut ? Mesdames : elle permet aussi de réduire la cellulite 😉

Contre indications (non exhaustives) :  À proscrire pendant les 3 premiers mois de grossesse. Ne pas s’exposer au soleil pendant les 6 heures qui suivent (photo sensibilisante).
Sur la peau, utiliser diluée à 30% dans de l’huile végétale.

7. L’huile essentielle d’Ylang Ylang

Encore une huile qui vient compléter notre palette d’huiles essentielles anti-stress avec des spécificités fortes : déjà son odeur agréable fleurie très prononcée. Équilibrant nerveuse et cardiaque, elle calme la tachycardie et l’hypertension artérielle. De plus en plus utilisée lors de soins palliatifs et douleurs chroniques, l’huile essentielle d’ylang ylang peut avoir un côté euphorisant. Son dernier secret : c’est une tonique sexuelle qui aider à lutter contre une libido en berne !

Contre indications (non exhaustives) : À proscrire pendant les 3 premiers mois de grossesse.
Sur la peau, utiliser diluée à 30% dans de l’huile végétale. 

8. L’huile essentielle de Citronnier

Pour un coup de boost avec effet immédiat optez pour l’huile essentielle de citron. Extraite du zeste, son odeur est très caractéristique du fruit. On l’utilisera notamment pour la désinfection de l’air en période d’épidémies. Par voie interne, elle accompagne les cures détox. Les plus : elle augmente la résistance des capillaires (en clair : elle réduit la perte de cheveux) et peut dissout les petits calculs rénaux.

Contre indications (non exhaustives) :  À proscrire pendant les 3 premiers mois de grossesse. Ne pas s’exposer au soleil pendant les 6 heures qui suivent (photo sensibilisante)
Sur la peau, utiliser diluée à 30% dans de l’huile végétale.

9. L’huile essentielle de Cannelle écorce 

Ultra puissante, l’huile essentielle de cannelle est utilisée en dernier recours, pour venir à bout des problèmes digestifs, gastriques, urinaires et gynécologiques les plus coriaces : diarrhées, tourista, cystites, vaginites, mycoses… Pensez à l’emporter avec vous lors de voyages dans des zones reculées (en Asie, Afrique, dans les Caraïbes par exemple), elle servira aussi contre les infections et fièvre tropicales parasitaires, virales et bactériennes. A utiliser avec parcimonie !

Contre indications (non exhaustives) :  Interdite aux femmes enceintes, allaitantes, aux sujets épileptiques, personnes allergiques, personnes âgées et enfants de moins de 8 ans. Ne pas utiliser en diffusion.
Sur la peau, utiliser diluée à 5% max dans de l’huile végétale.

10. L’huile essentielle d’Hélicryse Italienne

Son coût élevé décourage souvent à l’achat. Pourtant c’est notre préférée pour prévenir les hématomes anciens ou récents (avis aux maladroits !). Conseil : optez pour un flacon de 2ml ou 5ml, il s’agit d’une huile essentielle Premium qui ne s’utilise pas en grande quantité. Elle sera alors plus abordable au niveau financier.

Contre indications (non exhaustives) : Interdite aux femmes enceintes, allaitantes, personnes âgées,  enfants de moins de 6 ans, personnes sous traitement anti-coagulant. Ne pas utiliser par voie orale.
Sur la peau, utiliser diluée à 30% dans de l’huile végétale. 

11. L’huile essentielle de Palmarosa

Cette huile est souvent considérée comme incontournable pour tous les « soucis féminins » : mycoses, cystites, libido en berne, cycles irréguliers grâce à ses capacités anti-bactériennes et anti-fongiques. En cosmétologie, sa capacité à réguler la transpiration en fait un ingrédient phares des déodorants. Seule son odeur est clivante : à vous de tester !

Contre indications (non exhaustives) : déconseillée aux femmes enceintes.

12. L’huile essentielle de Petit Grain Bigarade

Allez, je la rajoute en bonus car il s’agit de mon huile préférée. Le bigaradier est l’arbre de l’orange amère, dont le fruit ne se consomme pas vraiment à l’état naturel mais est utilisé pour les liqueurs (Grand Marnier) ou les parfumiers. Il s’agit d’une « essentielle » pour le système nerveux et les réveils nocturnes. Le petit plus : contrairement aux autres huiles essentielles d’agrumes elle n’est pas photosensibilisante car on distille seulement les feuilles pour obtenir son huile.

Contre indications (non exhaustives) : À proscrire pendant les 3 premiers mois de grossesse.
Sur la peau, utiliser diluée à 30% dans de l’huile végétale.

 

Dernière précaution d’utilisation pour TOUTE nouvelle huile essentielle que vous seriez amenés à utiliser : faites un test en déposant une goutte dans le pli du coude. Attendez 24h. Si vous n’avez aucune réaction : c’est parti !

D’autres huiles essentielles comme celles de : carotte, estragon, camomille romaine, géranium d’Egypte, pin sylvestre, clou de girofle, épinette noire, pin sylvestre ou thym thujanol sont très intéressantes à étudier. Après tout dépend de vos besoins et de vos propres soucis 😉

Ne tombez pas dans le piège des sites web qui vous proposent des remèdes d’aromathérapie et préparations cosmétiques avec un nombre trop important d’ingrédients, on arriver facilement au même voire meilleur résultat avec un grand maximum de 3 à 4 huiles essentielles par synergie. « Less is more » 🙂

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s